Sarah André

Diplômée en 2008, Sarah André travaille depuis pour des compagnies de théâtre entre Genève et Lausanne (Snaut, Lascam, Devon, Piera Honegger, Compagnie En déroute, Compagnie kaki ni).  En 2009, elle entame un travail scénique questionnant le rapport objet-narration qui donne naissance à des performances (L’amour et Balenos) réalisées en collaboration avec Gaëlle Chrisinat et Antoine Frammery sous le nom d’Animal de corps. Ces objets scéniques sont présentés au Théâtre de l’Usine, dans le cadre du festival WAOPA, puis aux Urbaines.

En 2010, elle co-crée le collectif Rucksack Gogolplex et s’associe à Vincent Deblue et Chiara Petrini avec lequel elle réalise des scénographies, des aménagements d’espaces, des installations pour des festivals ainsi que des spectacles scénographiques. Cette collaboration avec le collectif Rucksack Gogolplex lui permet d’être active à différents niveaux dans de nombreux lieux culturels (Théâtre du Grütli, Café du Grütli, Fête de la danse, Théâtre de l’Usine, Théâtre de l’Arsenic, La ville est à vous, L’ADC, Théâtre St-Gervais, Ateliers d’Ethnomusicologie, Festival Baz’art, Ville de Genève). En 2013, le collectif initie une nouvelle pratique: les spectacles scénographiques impliquant un travail d’écriture, de mise en scène et de mise en espace. Il réalise deux spectacles pour le festival Antigel dans le cadre duquel le collectif investit des lieux (la Piscine de Lancy pour Cosmoland puis la voirie de Carouge pour Ballade dans l’au-delà) créant un principe de déambulation donnant à voir des tableaux vivants impliquant une trentaine de figurants.

En 2016, elle entame une collaboration avec la compagnie Old Masters (Marius Shaffter et Jérôme Stünzi) œuvrant aussi bien au niveau de la création d’objets que de l’écriture. Ensemble, ils réalisent Fresque, spectacle présenté au Théâtre de l’Usine, qui entame sa tournée en 2017 au Centre Culturel Suisse, puis au festival Theatertreffen à Berlin et à l’Arsenic. En 2017, ils réalisent un second spectacle L’impression présenté au Théâtre de l’Usine, à l’Arsenic, et au Centre Culturel Suisse. Ils sont actuellement en train de créer Le monde pour le Théâtre St-Gervais, l’Arsenic et le CCS.