Facebook Instagram Email

25 au 28 septembre 2014 et du 2 au 4 octobre 2014

MALSTRØM 68N, partie 1

Duree 1h20

MALSTRØM 68N est le fruit d’une collaboration entre l’artiste plasticien Aurélien Gamboni et l’anthropologue et écrivaine Sandrine Teixido. Tous deux développent un vaste travail de recherche qui prend pour point de départ la nouvelle de l’écrivain Edgar Allan Poe Une descente dans le Maelstrom (1841). Considérant ce texte comme un puissant outil de pensée, ils procèdent depuis plusieurs années à une collecte de récits et de témoignages qui s’attachent à celui de Poe, permettant d’interroger les enjeux liés à la perception des dynamiques de notre environnement et d’expérimenter les possibilités offertes par les récits d’ouvrir de nouveaux espaces pour l’action. Après une première étape au Brésil à Porto Alegre en 2013, le duo partira en 2014 sur les traces de la nouvelle, là où Poe n’est jamais allé, dans l’Arctique norvégien, sur le 68e parallèle nord.

https://malstrom68n.wordpress.com

malstrom_partie1

 

  • Conception et mise en scène : Aurélien Gamboni et Sandrine Teixido
  • mise en scène et collaboration artistique : Théo Keifflin
  • création sonore et jeu : Raphaël Raccuia
  • création lumière: Arnaud Viala
  • interprétation : Boris Borcic, Aurélien Gamboni, Quentin Lannes, Alexandra Nurock, Charles-Elie Payre, Raphaël Raccuia, Maria Adelaida Samper, Sandrine Teixido
  • coordination, production exécutive et collaboration : Fanny Bénichou
  • production : retro:projet et LMEC
  • co-production : Théâtre de l’Usine
  • partenariats: projet de recherche ANR "Cosmopolitique de la nature" (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines); Utopiana, résidence d'artistes
  • soutiens : Ville de Genève, Loterie romande, Pro Helvetia, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Services Industriels de Genève, Fondation Ernst Göhner
Aurélien Gamboni

Artiste basé à Genève, Aurélien Gamboni (*1979) développe une pratique artistique d’investigation. Travaillant souvent par collaboration, il réalise des enquêtes de terrain qui se déploient ensuite sous forme d’installations, de textes ou de conférences/performances.

Dans chacun de ses projets, il s’attache à des images ou des fragments narratifs opérant comme des outils de pensée, qu’il emporte avec lui dans ses voyages pour collecter de nouveaux récits locaux entrant en résonance avec ces objets “médiateurs”. Après avoir mené une enquête de longue haleine sur L’escamoteur de Jérôme Bosch et l'”écologie de l’attention”, il développe actuellement avec Sandrine Teixido une investigation sur le maelström <nouveau lien: https://ataleasatool.com> d’Edgar Allan Poe et les politiques de la nature, qui les a conduit du sud du Brésil au nord de la Norvège, jusque dans la région transfrontalière (USA-Canada) des Grands Lacs. Cette recherche a donné lieu à plusieurs expositions et performances dans des institutions (musée, centre d’art, biennale et festival) en Europe, au Brésil et aux Etats-Unis, ainsi qu’à deux pièces au Théâtre de l’Usine

Ancien co-curateur de l’espace d’art indépendant Forde (2006-2008), Aurélien Gamboni a également fait partie du collectif de chercheurs et d’artistes Save as draft (2010-2012) travaillant sur les représentations du changement climatique, et contribué au projet de recherche FNS The Anthropocene Atlas of Geneva (TAAG) de la Haute école d’art et de design–Genève, où il enseigne actuellement.

Raphael Raccuia

D’abord guitariste et violoniste, Raphael Raccuia s’est produit durant plusieurs années dans des formations de jazz puis s’est orienté vers toutes sortes d’expérimentations à partir d’objets trouvés et d’électronique de récupération. Lors de ses performances publiques, il crée une ambiance sonore insolite par le détournement systématique du matériel d’écoute et l’utilisation de micros, de capteurs, de divers effets, de synthétiseur analogique, d’appareil à bande et de guitares préparées. Dans plusieurs de ses travaux, il invente un instrument basé sur le tourne-disque, à la fois maniable pour improviser et pour réaliser des installations sonores autonomes. En 2008, il est lauréat du concours pour une installation sonore dans les abris antiatomiques de l’Arsenic, où il crée un réseau miniature de radios propre à cet espace hermétique (Activité Radio). Il participe en 2008 au SummerLab du CAN (Centre d’Art Neuchâtelois). Il compose régulièrement pour la danse, avec le chorégraphe Pedro Pauwels, et pour le théâtre.
Il intègre la scène de musique improvisée et participe à de nombreux projets notamment avec l’Ensemble Rue du Nord dont il fait partie : théâtre musical (avec Christian Kesten), performances, musique sur des films muets. Il est membre du trio Des Cendres, et a collaboré avec Water Water pour la pièce Machinarium. Il est membre du duo BlindeKinder qu’il a fondé en 2004 avec Jonas Kocher.
Également technicien du son et développeur, il met l’outil technique au service de la composition et travaille sur la diffusion en général, et la spatialisation en particulier.

Sandrine Teixido

Auteur, chercheur et critique, Sandrine Teixido (*1974) utilise l’enquête et la fabulation pour créer des espaces imaginaires et narratifs partageables au moyen d’investigations, textes, installations, collaborations au sein desquelles l’appropriation par le public est une préoccupation constante.

Pour mettre en œuvre ce type de projet à l’écosystème fragile, elle créé en 2009 la structure LMEC/ISSUE. Depuis 2011, elle est médiatrice agréé pour l’Action Nouveaux commanditaires musique de la Fondation de France, dont le propos est de permettre à « quiconque le souhaite d’assumer la responsabilité d’une commande d’œuvre d’art ». Dans ce cadre, elle travaille avec le musicien italien Battista Lena sur une commande musicale intitulée « Ultimo Cielo » en hommage à l’artiste italien Pinot Gallizio, impliquant la collaboration d’un orchestre amateur.
Elle termine actuellement un doctorat sous la direction de Denis Laborde (EHESS, Centre Georges Simmel) sur les manières d’agir dans les musiques du monde. A Mulhouse, elle réalise une enquête sur l’imaginaire et la représentation de ces musiques sur un territoire à forte histoire(s) migratoire(s).

Sandrine Teixido est titulaire d’un DEA en Anthropologie et sociologie comparée (Paris X-Nanterre) et d’un Master de Science Po Paris (Programme d’expérimentation arts et politique, 2010). En 2011, Sandrine Teixido rejoint Aurélien Gamboni sur l’investigation à partir du maelström d’Edgar A.Poe, une recherche qui les a conduits à Porto Alegre (Brésil) en 2013 à l’invitation de la 9e Biennale du Mercosul, et qu’ils poursuivront dans la région arctique de la Norvège en 2014.

Théo Keiflin

Théo Keiflin (*1981) est diplômé de l’École des arts décoratifs et des arts appliqués –Genève (Option expression artistique) et de la Haute école d’art et de design – Genève (art/média et art/action). Il suit actuellement une nouvelle formation d’un an en « Dramaturgie et performance du texte », organisée conjointement par l’Université de Lausanne et La Manufacture – Haute Ecole de Théâtre de Suisse Romande.
Théo Keiflin explore le champ des arts vivants en portant son intérêt sur les approches transversales et pluridisciplinaires. Ces pratiques de la juxtaposition, du métissage, de l’hybridation, sous-entendent la mise en lien et en commun d’une diversité de savoirs et de techniques.  Profondément attaché à ce type de processus, qui suppose la rencontre, l’alliance et le partage des sensibilités, Théo Keiflin cherche à inscrire sa démarche dans des initiatives collaboratives.
En 2009, il fonde avec cinq autres personnes le collectif californium 248. Ensemble, ils élaborent plusieurs performances dont ils assument à la fois la conception, la réalisation et l’interprétation. californium 248 a présenté son travail dans plusieurs lieux tels que la Kunsthalle, Lucerne, la galerie standard/deluxe, Lausanne, la Dampfzentral, Berne, l’espace LiveInYourHead, Genève, le Théâtre de l’Usine, Genève, le Kunstmuseum, Thoune, l’espace d’art contemporain Agent Double, Genève. Il a  aussi participé a de nombreux festivals parmi lesquels : Perform Now, Winterthur, Stromereien, Zurich, Migma Performancetage, Lucerne, Liste 15 (Art Basel), Bâle, ARTUNG !, La Chaux-de-Fond.  Le collectif a reçu plusieurs distinctions pour son travail artistique dont le Prix suisse de la Performance 2011 et le prix d’encouragement pour les arts de la scène Premio en 2010.
Parallèlement à ce travail au sein du collectif, Théo intègre d’autres projets en tant qu’interprète (“Coordonnées de Mythes” de Zofia Klyta-Lacombe, “Fini de rire” de Pamina de Coulon…) ou en tant que metteur en scène / chorégraphe (“Once you pop the fun doesn’t stop” de Kim Seob Boninsegni et Aurélien Gamboni, “PASSAGE(S)” de Kim Seob Boninsegni).