Facebook Instagram Email

11 au 14 juin 2015

MALSTRØM 68N, partie 2

Duree 1h

Un lieu inaccessible

La seconde partie de MALSTRØM 68N, qui vient clore la saison du TU, permettra de dévoiler les résultats de l’expédition dans le Grand Nord norvégien. Les sources jusqu’alors réunies – du penseur jésuite Athanasius Kircher à l’évêque danois Erich Pontoppidan, en passant par le tonneau d’Annie Taylor aux chutes du Niagara, l’Enfer de Dante ou les mémoires du sociologue allemand Norbert Elias – se mêleront aux témoignages et récits des îles Lofoten, d’hier et d’aujourd’hui: explorations sismiques de futurs forages pétroliers, orques fuyant l’archipel, culture Sámi et savoirs locaux, gulf-stream, changement climatique et identité arctique… Autant de problèmes à reconfigurer au sein de ce nouvel exercice de fabulation, en naviguant dans l’intervalle entre le «maelström» de Poe et le véritable phénomène du «malstrøm», tel qu’il a pu être vécu par les habitants du Nordland.

https://malstrom68n.wordpress.com

apoe

  • conception et mise en scène : Aurélien Gamboni et Sandrine Teixido
  • mise en scène et collaboration artistique : Théo Keifflin
  • création sonore : Raphaël Raccuia
  • création lumière : Matthieu Baumann
  • coordination, production exécutive et collaboration : Fanny Bénichou
  • production : retro:projet et LMEC
  • co-production : Théâtre de l’Usine
  • partenariats: projet de recherche ANR "Cosmopolitique de la nature" (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines); Utopiana, résidence d'artistes
  • soutiens: Ville de Genève, République et canton de Genève, Loterie romande, Pro Helvetia, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Services Industriels de Genève, Fondation Ernst Göhner
Aurélien Gamboni

Artiste basé à Genève, Aurélien Gamboni (*1979) développe une pratique artistique d’investigation. Travaillant souvent par collaboration, il réalise des enquêtes de terrain qui se déploient ensuite sous forme d’installations, de textes ou de conférences/performances.

Dans chacun de ses projets, il s’attache à des images ou des fragments narratifs opérant comme des outils de pensée, qu’il emporte avec lui dans ses voyages pour collecter de nouveaux récits locaux entrant en résonance avec ces objets “médiateurs”. Après avoir mené une enquête de longue haleine sur L’escamoteur de Jérôme Bosch et l'”écologie de l’attention”, il développe actuellement avec Sandrine Teixido une investigation sur le maelström <nouveau lien: https://ataleasatool.com> d’Edgar Allan Poe et les politiques de la nature, qui les a conduit du sud du Brésil au nord de la Norvège, jusque dans la région transfrontalière (USA-Canada) des Grands Lacs. Cette recherche a donné lieu à plusieurs expositions et performances dans des institutions (musée, centre d’art, biennale et festival) en Europe, au Brésil et aux Etats-Unis, ainsi qu’à deux pièces au Théâtre de l’Usine

Ancien co-curateur de l’espace d’art indépendant Forde (2006-2008), Aurélien Gamboni a également fait partie du collectif de chercheurs et d’artistes Save as draft (2010-2012) travaillant sur les représentations du changement climatique, et contribué au projet de recherche FNS The Anthropocene Atlas of Geneva (TAAG) de la Haute école d’art et de design–Genève, où il enseigne actuellement.

Sandrine Teixido

Auteur, chercheur et critique, Sandrine Teixido (*1974) utilise l’enquête et la fabulation pour créer des espaces imaginaires et narratifs partageables au moyen d’investigations, textes, installations, collaborations au sein desquelles l’appropriation par le public est une préoccupation constante.

Pour mettre en œuvre ce type de projet à l’écosystème fragile, elle créé en 2009 la structure LMEC/ISSUE. Depuis 2011, elle est médiatrice agréé pour l’Action Nouveaux commanditaires musique de la Fondation de France, dont le propos est de permettre à « quiconque le souhaite d’assumer la responsabilité d’une commande d’œuvre d’art ». Dans ce cadre, elle travaille avec le musicien italien Battista Lena sur une commande musicale intitulée « Ultimo Cielo » en hommage à l’artiste italien Pinot Gallizio, impliquant la collaboration d’un orchestre amateur.
Elle termine actuellement un doctorat sous la direction de Denis Laborde (EHESS, Centre Georges Simmel) sur les manières d’agir dans les musiques du monde. A Mulhouse, elle réalise une enquête sur l’imaginaire et la représentation de ces musiques sur un territoire à forte histoire(s) migratoire(s).

Sandrine Teixido est titulaire d’un DEA en Anthropologie et sociologie comparée (Paris X-Nanterre) et d’un Master de Science Po Paris (Programme d’expérimentation arts et politique, 2010). En 2011, Sandrine Teixido rejoint Aurélien Gamboni sur l’investigation à partir du maelström d’Edgar A.Poe, une recherche qui les a conduits à Porto Alegre (Brésil) en 2013 à l’invitation de la 9e Biennale du Mercosul, et qu’ils poursuivront dans la région arctique de la Norvège en 2014.

Théo Keiflin

Théo Keiflin (*1981) est diplômé de l’École des arts décoratifs et des arts appliqués –Genève (Option expression artistique) et de la Haute école d’art et de design – Genève (art/média et art/action). Il suit actuellement une nouvelle formation d’un an en « Dramaturgie et performance du texte », organisée conjointement par l’Université de Lausanne et La Manufacture – Haute Ecole de Théâtre de Suisse Romande.
Théo Keiflin explore le champ des arts vivants en portant son intérêt sur les approches transversales et pluridisciplinaires. Ces pratiques de la juxtaposition, du métissage, de l’hybridation, sous-entendent la mise en lien et en commun d’une diversité de savoirs et de techniques.  Profondément attaché à ce type de processus, qui suppose la rencontre, l’alliance et le partage des sensibilités, Théo Keiflin cherche à inscrire sa démarche dans des initiatives collaboratives.
En 2009, il fonde avec cinq autres personnes le collectif californium 248. Ensemble, ils élaborent plusieurs performances dont ils assument à la fois la conception, la réalisation et l’interprétation. californium 248 a présenté son travail dans plusieurs lieux tels que la Kunsthalle, Lucerne, la galerie standard/deluxe, Lausanne, la Dampfzentral, Berne, l’espace LiveInYourHead, Genève, le Théâtre de l’Usine, Genève, le Kunstmuseum, Thoune, l’espace d’art contemporain Agent Double, Genève. Il a  aussi participé a de nombreux festivals parmi lesquels : Perform Now, Winterthur, Stromereien, Zurich, Migma Performancetage, Lucerne, Liste 15 (Art Basel), Bâle, ARTUNG !, La Chaux-de-Fond.  Le collectif a reçu plusieurs distinctions pour son travail artistique dont le Prix suisse de la Performance 2011 et le prix d’encouragement pour les arts de la scène Premio en 2010.
Parallèlement à ce travail au sein du collectif, Théo intègre d’autres projets en tant qu’interprète (“Coordonnées de Mythes” de Zofia Klyta-Lacombe, “Fini de rire” de Pamina de Coulon…) ou en tant que metteur en scène / chorégraphe (“Once you pop the fun doesn’t stop” de Kim Seob Boninsegni et Aurélien Gamboni, “PASSAGE(S)” de Kim Seob Boninsegni).