L’éléphant dans la pièce / vendredi 9 décembre

Le 09 décembre

L’éléphant dans la pièce: Comment la blanchité affecte le travail des artistes
Outils, réflexions et perspectives anti-racistes dans les milieux culturels romands

 

Programme vendredi 9 décembre
TU – Théâtre de l’Usine

18h ouverture des portes

19h Appeler un chat un chat : Stratégies et perspectives pour adresser le racisme en tant qu’artiste ou travailleurxse culturelxle – Conférence avec Marie Dasylva, Carmen Diop, et le groupe de travail L’éléphant dans la pièce

// Retransmis en direct sur radio-40.ch //

Pour ouvrir le week-end, nous proposons de prendre acte de la situation dans nos milieux artistiques ici en Suisse romande à travers une soirée de conversation. L’éléphant dans la pièce partagera sa recherche menée sur la blanchité dans la création culturelle romande, ses analyses et questionnements autour des dynamiques de travail entre artistes raciséxes et institutions. Carmen Diop et Marie Dasylva, chacune experte du racisme au travail, partageront des éléments de leurs recherches et de leurs pratiques sur le terrain. Loin de proposer des solutions toutes faites aux nombreuses situations problématiques de racisme structurel, le but est d’esquisser avec le public des stratégies en s’inspirant de celles déployées par les artistes racisées pour évoluer dans ce milieu.

21h repas prix libre

22h Concert Chouf

Chouf vous envoûtera avec sa plume, qu’elle garde proche du coeur, et sa voix puissante. Ses déclamations accompagnées par le guitariste Trustfall forment un hybride entre le spoken word et le raï sentimental.

 

Programme du samedi 10 décembre

Programme du dimanche 11 décembre

 

 

 

A propos des artistes et intervenant.x.e.s du vendredi 9 décembre:

L’éléphant dans la pièce est un groupe de travail composé de Ramaya Tegegne, Fatima Wegmann Guinassi, Léa Genoud et Hélène Mateev, toutexs artistes et/ou travailleusexs culturelles. Ce groupe s’est formé autour de la lecture du livre Décolonisons les arts! (éd. L’Arche, 2018) puis de la réalisation d’un mini-festival organisé en octobre 2019 au TU sur les questions d’anti-racisme et de perspectives décoloniales dans la culture Rupture: dissocier, transformer, (dé)construire les récits avec Gemma Ushengewe, Manon Saada Russo et Camille Tomatala. Iels ont mené depuis une recherche sur la blanchité dans les institutions culturelles après avoir vécu, entendu et été témoin de problèmes survenus dans leurs activités professionnelles. 

Marie Dasylva est une coach stratégiste basée à Paris. Elle a créé l’agence Nkaliworks qui pratique l’empowerment de combat pour personnes minorisées. L’agence crée des ressources face aux micro-agressions et autres dénis de compétences, et construit des solutions sur mesure pour les personnes accompagnées : les Pépites. Elle a lancé le hashtag #JeudiSurvieAuTaf sur Twitter, qui lui permet de partager des stratégies d’auto-défense au prisme de l’intersectionnalité. Elle vient de publier le livre Survivre au taf. Stratégies d’autodéfense pour personnes minorisées (éd. Daronnes 2022). Marie Dasylva a aussi lancé son podcast Better Call Marie pour continuer à diffuser ses techniques.

Féministe afrocaribéenne, Carmen Diop est experte en communication, journaliste, philosophe, sociologue, anthropologue et psychologue du travail. Elle a créé en 1988 un magazine grand public destiné aux femmes noires francophones (Elite Madame). Depuis 2007, ses recherches, qui mobilisent le point de vue situé et l’approche intersectionnelle, portent sur la condition professionnelle des femmes noires diplômées en France. Elle est l’auteure d’un article précurseur dans l’hexagone (2011) sur les discriminations et les micro-agressions au travail, dont de nombreuses Afropéennes se sont saisies pour mieux se comprendre et s’organiser (« Les femmes noires diplômées face au poids des représentations et des discriminations en France »). Elle analyse leur expérience de dominées à plusieurs titres telle qu’elles la racontent et la comprennent elles-mêmes et observe avec intérêt la très riche scène afroféministe française et afropéenne qui reste invisibilisée dans la recherche académique et les médias français.

Chouf (Sophia Ould Kaci) est une artiste dont le travail s’inscrit dans une tradition poétique contemporaine de l’intime. Son écriture joue subtilement à dire l’amour et le désespoir, elle parle des vivants et des morts, de la solitude d’être soi, du courage pour dire les choses.

 

Le texte simplifié n'est pas disponible.

L’éléphant dans la pièce: Comment la blanchité affecte le travail des artistes
Outils, réflexions et perspectives anti-racistes dans les milieux culturels romands

 

Programme vendredi 9 décembre
TU – Théâtre de l’Usine

18h ouverture des portes

19h Appeler un chat un chat : Stratégies et perspectives pour adresser le racisme en tant qu’artiste ou travailleurxse culturelxle – Conférence avec Marie Dasylva, Carmen Diop, et le groupe de travail L’éléphant dans la pièce

// Retransmis en direct sur radio-40.ch //

Pour ouvrir le week-end, nous proposons de prendre acte de la situation dans nos milieux artistiques ici en Suisse romande à travers une soirée de conversation. L’éléphant dans la pièce partagera sa recherche menée sur la blanchité dans la création culturelle romande, ses analyses et questionnements autour des dynamiques de travail entre artistes raciséxes et institutions. Carmen Diop et Marie Dasylva, chacune experte du racisme au travail, partageront des éléments de leurs recherches et de leurs pratiques sur le terrain. Loin de proposer des solutions toutes faites aux nombreuses situations problématiques de racisme structurel, le but est d’esquisser avec le public des stratégies en s’inspirant de celles déployées par les artistes racisées pour évoluer dans ce milieu.

21h repas prix libre

22h Concert Chouf

Chouf vous envoûtera avec sa plume, qu’elle garde proche du coeur, et sa voix puissante. Ses déclamations accompagnées par le guitariste Trustfall forment un hybride entre le spoken word et le raï sentimental.

 

Programme du samedi 10 décembre

Programme du dimanche 11 décembre

 

 

 

A propos des artistes et intervenant.x.e.s du vendredi 9 décembre:

L’éléphant dans la pièce est un groupe de travail composé de Ramaya Tegegne, Fatima Wegmann Guinassi, Léa Genoud et Hélène Mateev, toutexs artistes et/ou travailleusexs culturelles. Ce groupe s’est formé autour de la lecture du livre Décolonisons les arts! (éd. L’Arche, 2018) puis de la réalisation d’un mini-festival organisé en octobre 2019 au TU sur les questions d’anti-racisme et de perspectives décoloniales dans la culture Rupture: dissocier, transformer, (dé)construire les récits avec Gemma Ushengewe, Manon Saada Russo et Camille Tomatala. Iels ont mené depuis une recherche sur la blanchité dans les institutions culturelles après avoir vécu, entendu et été témoin de problèmes survenus dans leurs activités professionnelles. 

Marie Dasylva est une coach stratégiste basée à Paris. Elle a créé l’agence Nkaliworks qui pratique l’empowerment de combat pour personnes minorisées. L’agence crée des ressources face aux micro-agressions et autres dénis de compétences, et construit des solutions sur mesure pour les personnes accompagnées : les Pépites. Elle a lancé le hashtag #JeudiSurvieAuTaf sur Twitter, qui lui permet de partager des stratégies d’auto-défense au prisme de l’intersectionnalité. Elle vient de publier le livre Survivre au taf. Stratégies d’autodéfense pour personnes minorisées (éd. Daronnes 2022). Marie Dasylva a aussi lancé son podcast Better Call Marie pour continuer à diffuser ses techniques.

Féministe afrocaribéenne, Carmen Diop est experte en communication, journaliste, philosophe, sociologue, anthropologue et psychologue du travail. Elle a créé en 1988 un magazine grand public destiné aux femmes noires francophones (Elite Madame). Depuis 2007, ses recherches, qui mobilisent le point de vue situé et l’approche intersectionnelle, portent sur la condition professionnelle des femmes noires diplômées en France. Elle est l’auteure d’un article précurseur dans l’hexagone (2011) sur les discriminations et les micro-agressions au travail, dont de nombreuses Afropéennes se sont saisies pour mieux se comprendre et s’organiser (« Les femmes noires diplômées face au poids des représentations et des discriminations en France »). Elle analyse leur expérience de dominées à plusieurs titres telle qu’elles la racontent et la comprennent elles-mêmes et observe avec intérêt la très riche scène afroféministe française et afropéenne qui reste invisibilisée dans la recherche académique et les médias français.

Chouf (Sophia Ould Kaci) est une artiste dont le travail s’inscrit dans une tradition poétique contemporaine de l’intime. Son écriture joue subtilement à dire l’amour et le désespoir, elle parle des vivants et des morts, de la solitude d’être soi, du courage pour dire les choses.