1 er novembre 2014

I create my life, I create the exact amount of my financial freedom. J’ai bien joui.

Duree 1h

Sur une musique composée par Louis Schild et des textes écrits par Gilles Furtwängler, le trio s’associe afin de créer une proposition dans un esprit éclaté entre le Straight edge, l’autonomie, le Dub, la candeur, le Drone et la Pop.

XXX Lecture.
XXX Disto de fils de pute.
XXX Tam-tam.

« …Rotten Shit.
Ça m’emmerde des skis dans une Mercedes, c’est pas fait pour ça.
Courir les cacahuètes, courir la viande rouge. Ray-Ban apprécie ton nez. »

«Je t’embrasse depuis mon monde où je passe du bonheur total avec mon amour à une légère déprime que me donne ce monde d’écran de fumée mythique et carton-pâte… »

Gilles Furtwängler

Imprimer des images mentales dans le cerveau des gens

Diplomé de l’Ecole d’Art de Lausanne (ECAL) en 2006, il poursuit depuis un travail de sculpture, de graphisme et principalement de textes (écriture et lecture).
Il a participé à de nombreuses expositions et présenté de nombreuses lectures et performances dans des institutions et espace d’art en Suisse et à l’étranger (France, Belgique, Allemagne, Espagne, Lituanie, Pays-Bas, USA, Mozambique, Afrique du Sud, Philippines)
Membre de Centre d’art Circuit à Lausanne et du collectif Makrout Unité, il participe également à la création d’un opéra performatif, Say Yes or Die (sayyesordie.tumblr.com).
Il a reçu le nouveau Prix Quark 2014 ainsi que le Prix d’encouragement de ProLitteris en 2013.

La base de mes textes est un mix d’écrits personnels et de phrases trouvées.
Actuellement, je suis très intéressé à voler des phrases dans les discussions que j’ai ou que j’entends. Avant ça il y a eu les périodes média, film, publicité.
Le sujet principal de l’ensemble de mes textes pourrait être la banalité, cette banalité qui nous rassemble, qui fait qu’on se ressemble, qui nivelle les hiérarchies, qui rapproche l’art et la chirurgie dentaire, l’art et le massage suédois, l’art et la dette mondiale, la dette mondiale et la plomberie, la plomberie et le bien-être, le bien-être et la Formule 1, la Formule 1 et les extrémistes.

Gilles Furtwängler (*1982)

Lionel Friedli

Lionel Friedli, batteur, né en 1975 en Suisse, diplômé de la Haute Ecole de Musique de Lucerne. Son intérêt pour les musiques improvisées, expérimentales, alternatives, l’a amené à collaborer avec de grandes personnalités musicales de la scène suisse et internationale, notamment Marc Ribot, Fred Frith, Ellery Eskelin, Heiri Känzig, Michel Wintsch, Mathieu Michel, Lucien Dubuis, Franziska Baumann, Hans Koch, Martin Schütz, Michael Zismann, Christy Doran, Christoph Stiefel, Vera Kappeler, Manuel Mengis. Son jeu de batterie s’est développé à mesure de ses expériences musicales accumulées au sein de nombreux et différents groupes proposant chacun une musique personnelle inscrite dans un contexte stylistique allant du jazz traditionnel, en passant par le rock progressif, la pop, jusqu’à des formes de musiques improvisées bruitistes. Sa recherche musicale l’a conduit à intégrer dans son jeu un discours original et reconnaissable, fait de „formules rythmiques“ venant des différents grands courants musicaux contemporains et passés, et d’apports d’idées plus spécifiques provenant de la musique improvisée européenne et „New-Yorkaise“. Lionel Friedli a participé à de nombreuses tournées en suisse et à l’étranger (USA, Europe, Asie, Amérique-Latine, Australie). Il se produit régulièrement dans les principaux festivals suisses et internationaux (Willisau, Cully, Jazz d’Or, Winter Jazz Fest, Montreux Jazz Festival, Rome, Bogota). Il a reçu le soutien à de nombreuses occasions de la Fondation Pro- Helvetia, en particulier l’encouragement prioritaire pour le jazz. Récemment il a été résident de l’atelier basé à New-York dans le cadre de la bourse culturelle du canton de Berne.

Louis Schild

“We used to worry
About the bomb

We should worry
About ourselves
​And question the importance of trifles”

Louis Schild (*1991) inscrit son travail comme Manifeste liant son processus à d’autres  actions comme celle « d’habiter », « parler » ou encore « faire pousser », ce qui, de diverses façons, laisse une trace dans l’espace et le temps.

Il monte en 2011 avec le bassiste Raphaël Ortis le projet LEON, largement reconnu depuis dans les milieux de la musique improvisée en Suisse et à l’étranger, qui, sous le même nom,  comprend un duo  de bassistes ainsi que son extension en quartet avec le batteur David Meier et le vocaliste Antoine Läng.
Il est aussi à l’origine du quartet Straccia Mutande pour lequel il est le principal compositeur. En parallèle de ses travaux de composition pour ses projets, Louis Schild a l’occasion de servir les projets des autres avec, par exemple, Die Öfen (trio du batteur Paul Lovens), au côté de Stéphane Blok ou encore, sporadiquement, avec le Lucien Dubuis Trio.
Dans la même démarche, il a contribué à l’ouverture de l’Espacechallens 13 à Lausanne avec l’architecte Alain Wolf et y organise encore des expositions, des conférences d’architecture ainsi que  des concerts , parmi les musiciens qui y sont passé, on y trouve ; Barre Philipps(US), Jacques Demierre(CH), Urs Leimgruber(CH), Dominic Lash(UK), Rafal Mazur(PL), Christine Sehnaoui-Abdelnour(FR), Laurent Estoppey(CH/US), Ilia Belorikov(RU), Christian Wolfhart(CH).

create