Facebook Instagram Email

le 18 janvier 2020

Archipelagogo Club – Victoire sur le soleil

Duree 8 heures

« [Celleux] qui deviennent au bout de la nuit un liquide noir, un miroir de sueur qui s’étale sur le sol, la carte d’un monde avec seulement des océans. [Celleux] qui ont tordu leur corps et [celleux] qui ont cassé leur corps. [Celleux] que l’on a épuisés. [Celleux] qui veillent. Et chérissent les noms des morts. [Celleux] qui forment un foyer où se précipitent des paysages en désordre. [Celleux] qui fouillent la réserve du musée des os, [celleux] qui veillent les images en colère dans leurs muscles, [celleux] qui font pisser une archive sur le dancefloor. »

Ceux qui veillent les images nègres, Olivier Marboeuf, 2019.

Alors que la lumière du jour sert le regard normatif, la nuit est devenue, pour les personnes queer et racisées, un espace de remise en question des règles qui ont cours le jour. Dans la nuit, la gestion de la lumière artificielle peut être maîtrisée par un individu, ou un groupe, qui se met lui même en scène. À l’abri des violences et des discriminations quotidiennes, les clubs fonctionnent comme des safe spaces, qui permettent de se rassembler et de s’épanouir, de trouver la puissance dans sa propre lumière.

Pour cette deuxième édition de l’Archipelagogo Club, Mighty et Anna Tjé inaugureront l’évènement avec une performance nourrie de résilience et de flamboyance – qualitées propre aux musiques (de club) issues des communautés queers afrodescendantes, de la Disco au Ballroom en passant par la House. Dans une installation immersive, le duo local Sirenessa & Bone Black et les artistes internationales object blue et Soumaya Phéline poursuivront de défaire le soleil. À travers leurs sélections de musiques, iels ouvriront des mondes pour nos corps archipéliques.

Concept et CEO Maïté Chénière
Performance inaugurale et scénographie Mighty et Anna Tjé aka Anna the Supernova
DJ sets Sirenessa & Bone Black (B2B2B2/CH), object blue (Shimmering Frequencies, Tobago Tracks / UK), Soumaya Phéline (High Needs Low / BE)
Vidéo Roland Lauth
Production House of ButchXtra
Coproduction TU - Théâtre de l’Usine
Avec le généreux soutien de la Ville de Genève, la Loterie Romande et l’Abri

Anna Tjé

Née en 1989, Anna Tjé vit et travaille à Paris. À travers une pratique transdisciplinaire et entre usage du corps et du geste, de la poésie et du récit, de la musique, du textile, de l’objet, de l’image et des média, Anna Tjé tente de déconstruire les mécanismes de survie et de guérison dans les dites subcultures.

Naviguant entre création contemporaine et recherche, elle investit la performance de manière  autodidacte – dont l’endurance art, la danse, la déclamation, le chant sacré – et l’installation ainsi que la vidéo afin d’explorer les notions d’intime, de trauma et de résilience du corps féminin noir. En puisant ainsi dans son archive personnelle et dans les parcours de militantes féministes et/ou queer, ainsi que les philosphes de la diaspora africaine, elle questionne la propriété de l’utopie, de la science-fiction et de la spiritualité comme vecteurs d’émancipation et de communication.

Co-fondatrice de la revue littéraire et artistique à contre-courant Atayé, Anna Tjé a fait ses études à l’École de mode Mod’Art International Paris, avant de se diriger vers les médias. Diplômée d’un Master d’ingénierie éditoriale et communication de l’Université de Cergy-Pontoise, elle continue d’approfondir ses recherches dans le cadre d’une thèse en Arts et Médias à la Sorbonne-Nouvelle – Paris 3. En janvier 2019, elle a également participé à l’Ecole doctorale des Ateliers de la pensée de Dakar (Sénégal), et fut encadrée par Felwin Sarr, Achille Mbembe Yala Kisukidi, Françoise Verges, Jamila Mascat, Abdourhamane Seck et Bado Ndoye.

http://revue-ataye.com

https://annatje.com

Bone Black

De l’organisation de soirées queer lausannoise Club Sandwich avec le collectifs QULT au dj-ing et maintenant producing, Bone Black vous propose lors de ses sets vibrants et énergiques une combinaison d’Afrobeat, Amapiano et Gqom. Vous avez surement pu l’entendre mixer à Paris, Berlin, Zurich et bientôt Johannesbourg, ses performances animent les club de Suisse et d’au-delà.

https://soundcloud.com/dj-bone-black

Maïté Chénière / Mighty

Maïté Chénière adopte la recherche théorique, la musique, la performance ou encore la vidéo pour créer des expériences hybrides et s’intéresse aux productions culturelles de personnes queer racisées, mixant savoirs théoriques et populaires pour créer un discours émancipatoire. Elle est titulaire d’un Master en Arts visuels, CCC – Études critiques curatoriales cybermédias de la HEAD – Genève et d’un Bachelor en Arts visuels de l’Académie Royale des Beaux Arts de Bruxelles Son travail a été présenté à Un lieu pour respirer, Paris ; à la Haus der Kulturen der Welt, Berlin ; au Festival Les Urbaines, Lausanne, au Théâtre de L’Usine, au Cinéma Spoutnik, Genève ; au D.A.F. Festival à la reliure, Genève ; à Mains d’œuvres, Paris ou encore aux Ateliers Claus, Bruxelles.

Mighty (Archipelagogo Club) est unx DJ afrofuturiste et membre fondateurx de la House of ButchXtra. A travers la musique, il·elle voyage dans le temps et partage des récits passés sous silence au grand jour, afin de créer sur le dancefloor, un espace d’expression et de rassemblement pour une multiplicité de corps et d’identités.

https://soundcloud.com/mightyshantay

object blue

Elevée à Beijing et basée à Londres, object blue est une productrice qui se concentre sur le potentiel du mélange entre techno et sons expérimentaux au sein de performances lives. En 2018, elle est nommée par FACT magazine l’une des 10 producteur.ices de techno/house à ne pas manquer et continue a se produire dans toute l’Angleterre, variant set live, installations expérimentales et DJ sets.

https://soundcloud.com/objectblue/sets/mixes

Sirenessa
DJ, productrice et performeur pluridisciplinaire autodidacte basée à Lausanne, elle explore différents médiums artistiques sous des noms d’emprunt. Après des études en communication visuelle à l’ECAL et de marketing à L’HEIG, elle se lance dans la performance. De 2012 à 2014, elle est membre de Syndrome WPW, un groupe d’électro-punk performatif qui silionne l’Europe électrisant les salles de concerts, les festivals et les lieux alternatifs. Sous le pseudonyme de Chienne de Garde, elle propose des créations pluridisciplinaires en incluant la vidéo, la musique, la danse et l’installation elle crée des espaces d’intimité invitant à la sincérité. Elle a pu proposer ses créations à L’espace st Martín, L’espace Autogérée, Urgent Paradise, Genevegas, la Funitonique e le Centre culturel des Grottes à Genève. En outre, elle a collaboré entre 2014 et 2019 avec la compagnie Les mauvais jours finiront, Antonija Livingstone, Christoph Wirth, l’artiste Dubaï, Phillip Wicht et Christan Denisart. Elle est également chanteuse au sein des Queen’s Underwear, un groupe de funk garage exclusivement féminin dans lequel elle est parolière, de l’Ultra_Hasbeen, duo féminin qu’elle a créé en 2016, et du Festival de l’Amour duo de poésie schlager créé en collaboration avec Serge Teuscher. Avec le projet Sirenessa, elle tente de recréer l’émotion qu’elle a ressentie la première fois qu’elle a entendu Dubstep au Romandie. Se servant de basses lourdes et de BPM rapides, elle mélange les styles pour créer la catharsis des corps et des oreilles.
Soumaya Phéline

En tant que DJ, Soumaya Phéline voyage à travers la musique électronique pour mieux étendre nos horizons. De la Bass à la Techno, en passant par la Jungle, elle s’intéresse tout particulièrement aux sons troublants et à leur potentiels narratifs. Questionnant le placement du kick, ses DJ sets jouent avec les attentes de la foule, tout en restant attentive à la satisfaire jusqu’à l’aube.

https://soundcloud.com/soumayapheline