Isam

**ESP**

Crecí en Quito, Ecuador. Fui la hermana mayor. Bailé. Seguí los consejos de la gente que
me dijo “tienes que salir de este país si quieres ser alguien en la vida”. Ese alguien resultó
querer cuestionar esas mismas afirmaciones a través de las cuales aún habla la
colonialidad. Ahora, en Lausanne, bailo, escribo, mezcló y canto, encontrando (o no)
maneras de enlazar Los Andes que llevo en mí, y la vida queer que puedo experimentar en Europa.

**FR**

J’ai grandi à Quito, en Équateur. J’étais la sœur aînée. J’ai dansé. J’ai suivi les conseils de ceux qui m’ont dit : « Tu dois quitter ce pays si tu veux réussir dans la vie ». Ce « quelqu’un » a fini par vouloir remettre en question ces mêmes affirmations à travers lesquelles la colonialité parle toujours. Maintenant, à Lausanne, je danse, j’écris, je mixe et je chante, en cherchant (ou non) des moyens de relier les Andes que je porte en moi et la vie queer que je peux vivre en Europe.

Le texte simplifié n'est pas disponible.

**ESP**

Crecí en Quito, Ecuador. Fui la hermana mayor. Bailé. Seguí los consejos de la gente que
me dijo “tienes que salir de este país si quieres ser alguien en la vida”. Ese alguien resultó
querer cuestionar esas mismas afirmaciones a través de las cuales aún habla la
colonialidad. Ahora, en Lausanne, bailo, escribo, mezcló y canto, encontrando (o no)
maneras de enlazar Los Andes que llevo en mí, y la vida queer que puedo experimentar en Europa.

**FR**

J’ai grandi à Quito, en Équateur. J’étais la sœur aînée. J’ai dansé. J’ai suivi les conseils de ceux qui m’ont dit : « Tu dois quitter ce pays si tu veux réussir dans la vie ». Ce « quelqu’un » a fini par vouloir remettre en question ces mêmes affirmations à travers lesquelles la colonialité parle toujours. Maintenant, à Lausanne, je danse, j’écris, je mixe et je chante, en cherchant (ou non) des moyens de relier les Andes que je porte en moi et la vie queer que je peux vivre en Europe.


Nos gusta la Mala Vida 2023

Le 25 novembre

Passé