15 au 21 octobre 2015

LA SUISSE ET LA MORT

Duree 1h 20

La Suisse et la mort est une revue noire créée par Agathe, Julien, Jérôme, Piera, Rébecca, Simon, tous issus de la Manufacture, Haute École de Théâtre de Suisse Romande. Une création sous la forme d’une provocation autour de la mort organisée, la suradministration et l’identité suisse ; une déclaration d’amour vache à notre pays. Celui-là même qui nous fait chanter dans son cantique national : « Sur l’autel de la patrie, mets tes biens, ton coeur, ta vie » ! La Suisse et la mort est une exploration existentielle entre la peur et le bonheur d’être à la fois suisses et mortels.

Moi qui ai tout choisi dans ma vie
Je veux choisir ma mort aussi.

Dalida, Mourir sur scène

  • Conception et interprétation: FUR compagnie
  • Coproduction: TU-Théâtre de l'Usine
  • Soutiens: Ville de Genève, Loterie Romande, Ernst Göhner Stiftung
Agathe Hazard Raboud

Après avoir étudié au Conservatoire d’art dramatique de Genève, Agathe Hazard Raboud passe trois ans à l’Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle, et obtient une licence d’études théâtrales. Elle intègre ensuite la Manufacture, Haute école de théâtre de Suisse romande, à Lausanne ou elle travaille avec, entre autres, Arpad Schilling, Frank Vercruyssen, Maya Bösch, Laurence Mayor et Ursula Meier. A sa sortie elle assiste Mathieu Bertholet lors de la création du spectacle Berthollet, et obtient un CAS (certificate of advanced studies) en performance sous la direction de Stephanie Lupo. Elle joue dans de nombreux spectacle tel que Derborence de Mathieu Bertholet (en plein air à Derborence et à Sion puis en salle notamment au théâtre de Vidy, à Lausanne), l’adaptation du conte Les trois petits cochons par Noëlle Revaz, mis en scène par Georges Grbric ou encore Ctrl-x de Pauline Peyrade, mis en scène par Cyril Teste (au théâtre Le Poche à Genève, puis en tournée en France). Avec la FUR compagnie elle crée le spectacle La Suisse et la mort au Théâtre de L’usine à Genève. Depuis quelques années elle participe aux performances de Léa Meier (Broken nose au festival Tac Tac Tac à LausanneLipstick Big Enough au festival Les Urbaines à Lausanne et Guérison Baby Girl lors de la dernière édition du festival Antigel à Genève), elle travaille également comme chargée de production et de diffusion pour différentes compagnies et assiste la metteuse en scène Nina Negri. Cette saison elle fonde sa compagnie, Hazard, et crée son premier spectacle solo A qui est ce cul?  au Théâtre de l’Usine à Genève.

Jérôme Chapuis

Né à Delémont dans le Jura suisse en 1990, il crée en 2008  Ma Réalité – spectacle autour de la schizophrénie – dans le cadre de son travail de fin d’études au lycée cantonal de Porrentruy.
Riche et de cette expérience forte, il prend la décision de partir à Paris en 2010 pour suivre une formation professionnelle de comédien à travers plusieurs cours privés.
Il revient à Lausanne en 2012, lorsqu’il est admis à la Haute Ecole de Théâtre de Suisse Romande – La Manufacture. Formation intensive de trois ans dont il sort cette année en 2015, après avoir rencontré des professionnels du métier inspirants tels que Jean-François Sivadier, Gildas Milin, la Cie Motus ou encore Denis Maillefer.
Côté cinéma, il participe en 2013 à la web-série de la RTS Break-Ups aux côtés d’Anna Pieri.
Ce sont de nouvelles collaborations artistiques et humaines qui l’attendent pour la prochaine saison 15/16, avec notamment la Cie Un Air de Rien.

Julien Jacquérioz

Tout en se formant dans le travail social, il est engagé en 2008 comme assistant de M. Bertholet pour la création de Case Study House1 to 5 au théâtre du Grütli à Genève.
De 2010 à 2013, il se forme à la HETSR – la Manufacture – de Lausanne; formation pour laquelle il reçoit le Prix d’étude d’art dramatique de la Fondation Friedl Wald (2011 et 2012).
Durant la saison 2013-2014, il travaille avec la Cie Princesse Léopold sur La forme, la marée basse et l’horizon ; avec M. Bertholet, sur un texte de Ramuz intitulé Berthollet ; avec S. Verdon pour le spectacle The Box 1 et avec D. Maillefer pour Je vous ai apporté un disque. Il participe à un projet de recherche auprès de Robert Cantarella et Christian Geffroy Schlittler.
Durant cette saison, il a collaboré avec la Cie MuFuThe sur Derborence de Ramuz ainsi qu’avec Alexandre Doublet sur Les Histoires d’A – Andromaque de Racine.

Piera Bellato

Après un Master à l’Université de Genève en Relations Internationales, Piera Bellato entre à la Manufacture-Haute École
de Théâtre de Suisse Romande en 2010. Depuis sa sortie d’école en 2013, elle sera tour à tour comédienne sous la direction d’Alain Carré, Gianni Schneider, Muriel Imbach, Eric Salama… Côté mise en scène, elle assistera Maya Bösch ainsi que Daniela Nicolò et Enrico Casagrande de la compagnie italienne MOTUS.
Après la réalisation de son premier film durant l’été 2015, elle dédiera le reste de la saison 2015/2016 à une résidence artistique auprès de l’Institut Suisse de Rome où elle développera un projet personnel sur le spectacle transformable – en lien avec la crise écologique mondiale.

Rébecca Balestra

Rébecca Balestra (GE) décide, après l’obtention de son Bachelor en théâtre à la HEARTS en 2013, de mener un projet solo intitulé Flashdanse et intègre la programmation des Quarts d’heure de Sévelin. La même année, elle reçoit le prix d’écriture dramatique Studer/ganz et participe à un stage dirigé par Antoine Jaccoud et Eugène Meiltz à l’ARC de Romainmôtier. Depuis, elle a travaillé notamment avec Mathieu Bertholet, Natacha Koutchoumov, Hervé Loichemol, Anne Bisang, Michelle Pralong. À l’instar de son premier solo, elle crée également Tropique au Théâtre de l’Usine (2015) et Show Set au Festival °Far à Nyon (2016) et à l’Arsenic (2017).

Simon Romang

Né à Apples dans le canton de Vaud en 1984, il se passionne pour le théâtre dès l’âge de quatorze ans. Son désir d’apprendre le métier de comédien et son envie de parcourir le monde le mènent tout d’abord à Paris au cours Florent puis à New York où il a passé près de quatre ans. Il y suit des cours de danse et de jeu d’acteur. En 2007, toujours à New York, il participe à la création de la compagnie InViolet et aura par la suite la chance de jouer dans la première création de celle-ci: « Force Majeure ».
De retour en Suisse, il intègre la Manufacture (Haute Ecole de Théâtre de Suisse Romande) en 2010. Depuis sa sortie de l’école en juillet 2013, il a joué un des premiers rôles dans le long-métrage de Laurent Nègre Confusion. Il a également participé à plusieurs pièces, L’Illusion comique de Geneviève Pasquier et Nicolas Rossier, Nos Amours Bêtes de Ambra Senatore et D’Acier de Robert Sandoz.
Il se réjouis entre 2015 et 2016 d’aller jouer dans des classes de Suisse romande et de France voisine, Le théâtre, (c’est dans) ta classe qui sera mis en scène par Georges Guerreiro. Ce concept de théâtre en milieu scolaire est mis en place par le théâtre Am Stram Gram à Genève.

Presse

LE COURRIER_20.10.15Tribune de Genève_21.10.15