CHAPITRE 1

Pour Lionnel

« Jamais je ne vieillirai » écrivait Guillaume Dustan (1965-2005) dans son roman Je sors ce soir, paru il y a presque vingt ans chez P.O.L.
Un pied de nez littéraire puissant et subversif de la part de celui qui se savait touché par le virus du sida. Une injonction forte vers le présent qu’il tentait de domestiquer par l’écriture. Guillaume Dustan donnait à voir, à dire et à sentir le désir d’un corps homosexuel et malade. Il nous a laissé une œuvre éblouissante qui résiste elle aussi et qui fait office de témoignage pour celles et ceux qui, comme moi, n’ont pas vraiment connu ces années où Eros, vêtu de rose, et Thanatos, de noir, dansaient en boîte enlacés l’un contre l’autre.
Des écrits qui se lisent comme une respiration, comme un souffle encore chaud et vivant qui susurre le réel des années 90 sur de la house veloutée.
La saison 16–17 du TU puise ainsi sa substance dans l’écriture de Dustan et, à la manière d’un roman, elle est articulée
en une série de trois chapitres.
Le chapitre 1, VIDÉO VIVRE VITE, couvre la période de septembre à décembre 2016. Il rend hommage à celles et ceux qui, comme Dustan, ne vieilliront jamais. A ces êtres magnifiquement tortueux qui ont bravé le temps en l’immobilisant pour toujours dans sa rapide envolée.
Tempus fugit disaient les anciens, Yolo* disent les contemporains, voici venu le chapitre 1 de notre nouvelle fiction.

Laurence Wagner.

*— Yolo est l’acronyme de l’expression anglaise You Only Live Once. En français on la traduit par On ne vit qu’une seule fois.