CLSTRS

Est-ce que la peur de mourir transforme nos corps ?

Le corps aujourd’hui se donne avant tout comme une pluralité de formes, que le travail de Krassen Krastev et Christophe Füllemann entre performance et sculpture, se propose d’épuiser. Mais comment faire le tour du corps ? Il y a la polymorphie contemporaine (piercings, tatouages, body-building ou chirurgie esthétique), il y a la normalisation violente de nos expressions (de genre, de classe) et il y a les devenirs technologiques de nos chairs (membres bioniques, corps transhumanistes).
CLSTRS puise son inspiration dans des traditions du divertissement qui visibilisent la fabrication sociale des corps : le cabaret, le burlesque, la revue musicale. Entre Crazy Horse futuriste et culture queer, la performance interroge les normalisations futures. L’omniprésence de la mort se veut un porte-à-faux à la légèreté factice du cabaret : comment la société nous fera-t-elle bouger quand nos corps ne se limiterons plus à leur dimension physique ?
Le corps bionique construit ces possibles, il aborde le genre et la sexualité sans complexe. Il ne se laisse pas réduire. Synthèse entre les pôles masculins, féminins, biologiques et technologiques, le corps transhumain participe de l’émancipation du genre et s’inscrit dans le double prolongement du transgenre et de la drag-queen.
Quel sera le corps idéal du futur ? Quelles polysubstances envelopperont nos « âmes » ? Que restera-t-il de nos corps présents ?
Un spectacle qui plaira aux cyborgs, n’hésitez pas à leur en parler.

Krassen Krastev

La compagnie Krassen Krastev a été fondée à Lausanne en 2002 avec le solo « Leaning Points » qui permettra d’emblée au jeune chorégraphe et danseur d’origine bulgare de rencontrer un premier succès et de s’insérer dans le circuit du Théâtre Sévelin 36, qui présentera la plupart de ses pièces et performances. Après la danse « dansée » puis une forme de non danse, le travail chorégraphique de Krassen Krastev prend dès 2011 une nouvelle orientation plus performative et queer. Dès lors, il entame un questionnement sur la vie après la mort et la relation corps-âme, entre peur de disparaître et espoir d’immortalité, et sur les genres et les sexualités dans « Are You Lonesome Tonight ? », puis dans « TEST_a_MENTAL » (en coll. avec Paul Dunca). Ce travail sur la déconstruction du genre et de la sexualité se prolonge dès 2014 par une exploration de la forme scénique du cabaret dans une série de performances courtes, dont « Bang Gang » créé dans le cadre de Wanderlust (Paris, 2016). Lieu de la fabrication sociale des corps, marquée par des héritages techniques hétérogènes, la forme scénique du cabaret peut en effet qu’intéresser le chorégraphe. Il se saisit de ses marquages, qu’il affole en leur donnant un tour résolument non-binaire. Le brouillage engendré créer de l’espace pour l’apparition d’une créature indéfinissable et en perpétuelle transformation, qui suscite la curiosité, intriguant par sa dualité et son côté non identifiable, et qui enfin repousse un instant nos constructions sociales (hétéro)normées et limitantes du corps.

 

Concept, chorégraphie et performance : Krassen Krastev
Scénographie et performance : Christopher Füllemann
Lumières : Vincent Deblue
Costumes : Scilla Ilardo
Sonorisation : Bruno Robyr
Administration, diffusion, soutien dramaturgique : Isabelle Vuong
Photos de répétitions : Cynthia Mai Ammann
Production : cie Krassen Krastev
Coproduction : Arsenic – Centre d’art scénique contemporain, Lausanne
Soutiens : Ville de Lausanne, Loterie romande, Fondation Nestlé pour l’Art, Fondation Ernst Göhner, Fondation Oertli