Du 14 au 18 mai

À qui est ce cul ?

*Mercredi 15 mai, représentation en mixité choisie, sans hommes cis 45’ – 60’

Création

Agathe Hazard Raboud vous invite à un rituel doux et convivial, le corps nu se présentera dans toute sa sincérité et sa sympathie. L’acte proprement performatif de sa démarche réside dans le désir de faire la paix avec elle-même à chaque représentation. La mise à nu, l’affirmation du corps sous tous ses aspects, si difficile à métaboliser, sert à ouvrir la voie à une réalité plus belle. Le temps d’une représentation, Agathe, avec le public, veut se sentir libre de toute injonction à l’intention de son physique. Passer un bon moment, léger, drôle, rassurant, bienveillant pour refaire le plein de force et de pouvoir avec les spectateur.ice.s.

La performance aura lieu dans un espace intime avec un nombre limité de personnes. Il est important de réserver vos places à l’avance.

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Car le sens du corps est violent
Car mon corps est danger de vie et de mort
Car mon corps est de femme / sujet
Car mes images naissent de tous les corps de mon corps
Car mes images sont identité illimitée
Car mes images sont du sang manifeste
Car faire exister mes images c’est faire exister ma révolte
Car mon corps n’est toujours pas libre
Car je ne suis pas libre et mon corps est enragé
Car ma révolte ne s’arrête plus
Car ma création est désir de rupture sauvage avec les codes imposés Car mes rituels silencieux sont cri intérieur
[…]
Car mes images sont peau de regard
Car mon regard est folie de toucher
Car ma beauté est celle du corps exposé dans ses désirs et ses blessures
Car ma violence est celle du corps exposé dans son vécu
Car mon vécu mis à nu est désir d’abolir la scission entre vie et création
Car ma nudité fait ma force et ma parole
Car me dévoiler c’est être présente
Car ma présence est amour et menace
Car mon corps est obsession de liberté
Car mes images
[…]
Car (je) mon corps reste insoumis et sauvage
Car (je) mon corps déborde les barrières qui lui ont été assignées
Car (je) mon corps est traversé par l’élan de dire
Car je pousse je grandis je me transforme
Car j’explose en images
Car ainsi mon corps me revient.

Maria Klonaris et Katerine Thomadaki, “Manifeste pour un cinéma corporel” (1979) in Manifeste 1976-2003, Paris-Expérimental, 2003

Agathe Hazard Raboud

Après avoir étudié au Conservatoire d’art dramatique de Genève, Agathe Hazard Raboud passe trois ans à l’Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle, et obtient une licence d’études théâtrales. Elle intègre ensuite la Manufacture, Haute école de théâtre de Suisse romande, à Lausanne ou elle travaille avec, entre autres, Arpad Schilling, Frank Vercruyssen, Maya Bösch, Laurence Mayor et Ursula Meier. A sa sortie elle assiste Mathieu Bertholet lors de la création du spectacle Berthollet, et obtient un CAS (certificate of advanced studies) en performance sous la direction de Stephanie Lupo. Elle joue dans de nombreux spectacle tel que Derborence de Mathieu Bertholet (en plein air à Derborence et à Sion puis en salle notamment au théâtre de Vidy, à Lausanne), l’adaptation du conte Les trois petits cochons par Noëlle Revaz, mis en scène par Georges Grbric ou encore Ctrl-x de Pauline Peyrade, mis en scène par Cyril Teste (au théâtre Le Poche à Genève, puis en tournée en France). Avec la FUR compagnie elle crée le spectacle La Suisse et la mort au Théâtre de L’usine à Genève. Depuis quelques années elle participe aux performances de Léa Meier (Broken nose au festival Tac Tac Tac à LausanneLipstick Big Enough au festival Les Urbaines à Lausanne et Guérison Baby Girl lors de la dernière édition du festival Antigel à Genève), elle travaille également comme chargée de production et de diffusion pour différentes compagnies et assiste la metteuse en scène Nina Negri. Cette saison elle fonde sa compagnie, Hazard, et crée son premier spectacle solo A qui est ce cul?  au Théâtre de l’Usine à Genève.

Conception : Agathe Hazard Raboud
Création costumes et regard extérieur : Léa Meier
Mixage sonore : Semion Sidorenko
Coproduction : TU-Théâtre de l'Usine
Soutien : Fondation Emilie Gourd, Ville de Genève, Fondation Nestlé pour l'Art