Karim Bel Kacem

Karim Bel Kacem (*1985) commence une formation de comédien au conservatoire d’art dramatique du VIe arrondissement de Paris. Il y met en scène l’adaptation du roman « Mes gaillards » d’Alain Sevestre, qui remporte le concours de mise en scène du Théâtre du Rond Point. Après ces deux années de formation, il fait des stages auprès de metteurs en scène comme Peter Brook (Mesure pour Mesure) puis d’Ariane Mnouchkine. Il intègre la Manufacture (HETSR) en 2009 en jeu d’acteur. Il y met en scène Le Bouc de Fassbinder dans le cadre des projet d’été. Le spectacle sera reprit à l’Espace Saint-Martial au cours du festival d’Avignon 2010. Après un an et voulant bouleverser son rapport à la scène, Karim demande une équivalence à la HEAD (Haute école d’art et de design de Genève) tout en restant très attaché à la Manufacture. A Genève il étudie depuis deux ans l’installation d’espace et la sculpture avec Katharina Hohmann et Christian Gonzenbach et la performance avec Yann Duyvendak et Christophe Kihm. Entre Juin et Septembre 2012 il assiste Dora Garcia à Kassel dans le cadre de l’invitation de l’artiste pour la Documenta 2012. Entre septembre 2012 et juin 2013 il est acteur pour le metteur en scène hongrois Arpad Schilling sur la pièce Noéplanete créée au Théâtre National de Chaillot, puis assistant à la mise en scène sur Pro/vocation à Vidy (spectacle de sortie de la promotion F de la Manufacture). Il écrit et met en scène dans le cadre du Belluard Festival 2013 You will never walk alone, une conférence-performance autour des liens entre sport et politique. Qu’il reprend au Théâtre BAT de Berlin , au Théâtre Arsenic de Lausanne ( Colloque Massimo Furlan ) et à la Villa Arson de Nice . Il conçoit la même année le projet Klérotérion, un projet participatif de loterie artistique pour le festival far à Nyon.