16 au 22 mars 2017

FIRE OF EMOTIONS: THE ABYSS

Duree 1h15

Briser le rythme qui exclut la pensée. Voici l’énoncé qui réside au cœur du mur de la pratique de Pamina de Coulon. Une idée centrale au sein d’une cartographie de concepts, attitudes envers les idées et appréhension du savoir comme expérience matérielle du monde. Car chez Pamina de Coulon, la performance est envisagée comme une position théorique. Une manière de donner à entendre, via ce canal monocorde et linéaire de la parole, la complexité et la multitude des idées, souvent entremêlées et juxtaposées dans nos strates abyssales.
Dans THE ABYSS, volet 2 de sa saga FIRE OF EMOTIONS, Pamina de Coulon navigue à vue, habitée par le désir de parler de «grandes choses» comme de toutes nos migrations, à la manière d’une chercheuse engagée et de solidarités, telle une militante qui s’assied parmi les vaincus et les naufragés. Puissant!

Pamina de Coulon

Pamina de Coulon est née à Châtel-St-Denis et a grandi sur la Riviera Vaudoise. Elle vit et travaille actuellement entre la Suisse et la Belgique. C’est à la Haute Ecole d’Art et de Design de Genève (2007-2010) qu’elle a d’abord développé sa pratique notamment sous l’enseignement de Yan Duyvendak, Christophe Kihm, Josep-Maria Martín, Lina Sane. En 2011, elle arrive à Bruxelles où elle entame une première recherche à L’L (lieu de recherche et d’accompagnement pour la jeune création), qui va mener à la création de sa troisième pièce : Si j’apprends à pêcher je mangerai toute ma vie. Parallèlement à ce travail, Pamina suit un master en gestion culturelle à l’ULB (2011-2014). Son mémoire, intitulé ‘A la recherche du temps perdu’, vers un slow art ? Les workspaces bruxellois comme inspiration d’une gestion culturelle contemporaine, explore la place fragile, mais néanmoins privilégiée, de la recherche artistique dans le microcosme culturel bruxellois et les différentes manières possibles de nourrir par là d’autres pratiques d’organisation. Son intérêt pour les démarches collaboratives et le développement d’un champ artistique expérimental durable a fait que, de fin 2012 à 2016, elle est également codirectrice artistique du BÂTARD festival à Bruxelles, aux côtés de Dries Douibi et Michiel Vandevelde.

  • Conception et interprétation : Pamina de Coulon
  • Co-conception et réalisation décor : Pamina de Coulon & Romain Berger et Stanislas Delarue - atelier Goupie Goupek
  • Conception lumière : Alice Dussart
  • Diffusion : Sylvia Courty - boom'structur
  • Production : BONNE AMBIANCE &  boom’structur
  • Co-production : TU-Théâtre de l'Usine Genève, Arsenic - centre d'art scénique contemporain Lausanne 
  • Aides : Ville et Canton de Genève, Loterie Romande, DRAC région Auvergne-Rhône Alpes 
  • Soutien à la recherche: La Bellone (Bruxelles), le BRASS (Bruxelles), Fructôse (Dunkerque), Festival Artdanthé (Vanves), Les Halles de Schaerbeek (Bruxelles), Montévidéo (Marseille)
  • Accompagnement artistique de la recherche initiale : L’L (Bruxelles)